Marjorie, prof de français, condamnée pour ce qu'elle faisait avec ses élèves

Le tribunal correctionnel de Nivelles a condamné lundi Marjorie C., une enseignante de 33 ans exerçant en Brabant wallon, à une peine de cinquante heures de travail.

En avril 2013, elle avait été contrôlée par la police alors qu’elle se trouvait dans une voiture en compagnie de deux jeunes gens, dont un mineur d’âge. Les policiers avaient remarqué la forte odeur de cannabis qui s’échappait de l’habitacle. L’enseignante a avoué qu’elle fumait des joints avec deux anciens élèves, qu’elle considérait comme ses amis.

marjorie-prof-de-francais-condamnee-pour-ce-quelle-faisait-avec-ses-eleves

Trois mois plus tard, lors d’une visite au domicile de la prévenue, les policiers ont trouvé des messages au contenu interpellant dans son GSM. L’enseignante y indiquait par SMS qu’elle participait à un conseil de classe, et qu’elle avait envie d’un « pétard ». Des analyses avaient par ailleurs prouvé qu’elle continuait à fumer.

À l’audience, la présidente avait demandé à la prévenue comment les autorités pouvaient lutter contre la banalisation de la consommation de stupéfiants, si des professeurs consommaient du cannabis en compagnie d’anciens élèves. Le ministère public parlait, lui, de faits inacceptables pour une enseignante qui doit jouer un rôle de modèle pour les jeunes. Dix mois de prison avec sursis avaient été requis.

Marjorie C. avait précisé qu’elle avait pris conscience de l’inadéquation de son comportement, et la défense avait plaidé la suspension du prononcé. Le jugement rendu lundi estime que cette mesure de faveur, qui pourrait banaliser les faits, n’est pas opportune.

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×